Ce qui change : les résultats de notre enquête

Merci aux 120 enseignants qui ont répondu à notre questionnaire !

58 % d’entre vous sont enseignants dans des grandes écoles, 24 % dans des universités et 22 % dans des centres de langue.

Nous vous présenterons ce sondage en 3 parties :
  • ce qui a changé dans votre pédagogie en 6 points, ce billet et le suivant,
  • les dispositifs techniques que vous avez utilisés (post à venir en septembre),
  • et enfin ce que vous pensez de l’avenir de votre métier de professeur de langues après ces deux mois exceptionnels (post de conclusion peu de temps après).

1- Les pratiques pédagogiques en ligne ne sont jamais en décalage complet avec les pratiques habituelles en classe. 

Certains ont pu être frustrés à l’oral ou à l’écrit, selon leur propre pédagogie “spontanée” en présentiel, mais chacun a retrouvé en ligne son style pédagogique, sa “posture” préférée.

Expression orale en interaction et CO plus importantes que d’habitude.versus  Moins de focus sur l’oral et plus sur l’écrit

2- Unanimement vous constatez la surcharge de travail, et surtout celle du travail en amont du cours.

Il est évident que le passage à la distance met l’improvisation, la spontanéité hors jeu : tout doit être scénarisé à l’avance. Le plan de cours devient incontournable. Chercher des ressources, les trier, scénariser les cours, se préoccuper de l’alignement pédagogique  : c’est l’ingénierie pédagogique qui prend ici toute son importance. Le temps de formalisation devient plus important : expliciter la démarche et le cadrage pédagogiques à l’étudiant, soigner ses consignes, prévoir tous les aléas du cours en cas de problèmes techniques.

3- Distance physique ne signifie pas distance sociale

Lire la suite…

Ce qui a changé : évaluer à distance

Avez-vous eu l’impression d’évaluer de façon différente pendant cette période de confinement  ?

Différentes conceptions de l’évaluation

Pour les enseignants de langues la question de l’évaluation ne s’est pas posée dans les mêmes termes que pour les enseignants d’autres disciplines, en particulier les disciplines scientifiques. En effet, très souvent en langues il ne s’agit pas d’évaluer des connaissances,  mais des compétences de compréhension et d’expression écrite et orale mises en œuvre dans des projets individuels ou de groupe.  Productions écrites, productions multimédia, portfolios, journaux de bord ont été couramment utilisés pendant cette période de confinement .

On a retrouvé les pratiques du présentiel,  certains enseignants privilégiant une évaluation formative pour étayer les processus d’apprentissage, d’autres se focalisant sur des évaluations sommatives avec un travail final ou avec des quiz.

Dans tous les cas, la période a obligé chacun à se poser des questions fondamentales et à établir des critères explicites d’évaluation.

Je me pose beaucoup de questions sur l’évaluation de la partie orale, sur la partie écrite (rédaction, exercices divers) je me suis donnée plus de règles et de critères qu’avant.

Les modes d’évaluation choisis par les enseignants ou imposés par les institutions ont donc été fortement interrogés à cette occasion. Selon que l’on privilégiait l’évaluation formative ou l’évaluation sommative, les constats ne sont pas les mêmes.

“Pas de changement. Les grilles d’évaluation (ou d’observation) que j’utilise sont les mêmes à distance ou en présentiel.”

“Beaucoup, il a fallu repenser ma façon d’évaluer et l’adapter (privilégier l’évaluation par projet, l’auto-évaluation, l’évaluation par les pairs )”

Évaluer c’est aussi rassurer

Lire la suite…

La défense du plurilinguisme – le cas de l’allemand

Le 1er février, les professeurs d’allemand au sein de l’UPLEGESS se retrouvaient pour leur journée de rencontre annuelle. Le temps de faire le point sur l’enseignement de l’allemand dans le supérieur.

La très nette prédominance de l’anglais comme langue d’enseignement et de travail dans toutes les Grandes Écoles de Management et dans un nombre croissant d’Ecoles d’Ingénieurs laisse peu de place au plurilinguisme. Il existe un risque, notamment pour l’allemand, d’être supplanté par l’anglais lors des stages et séjours académiques effectués par nos étudiants dans les pays germanophones.

Continuer à apprendre l’allemand après le bac n’est plus du tout une évidence face à d’autres choix ou impératifs : commencer l’apprentissage d’une autre langue jugée plus « attirante » (chinois, portugais du Brésil, …) et ouvrant les portes à des séjours lointains, ou se concentrer entièrement sur l’anglais pour valider le score TOEIC exigé pour la diplomation. « Il faut proposer quelque chose de spécial, qui sort de l’ordinaire », dit Ruth Doulain-Bachmann, enseignante à la Faculté des Sciences économiques de l’université Rennes 1 qui propose un double diplôme avec l’université d’Augsbourg. En licence comme en master, les étudiants passent une année dans l’université partenaire. L’originalité à Rennes consiste en un programme de préparation (baptisé ECLA (!) : Economie, Culture et Langue Allemandes) qui propose des cours d’allemand mais aussi des enseignements d’économie en allemand, dispensés par des enseignants-chercheurs de l’université partenaire. Ce double diplôme profite du soutien financier de l’Université franco-allemande (UFA), un organisme qui regroupe presque deux cents établissements de l’enseignement supérieur proposant 185 cursus intégrés binationaux.

Lire la suite…

Hommage à Luis Sepulveda

HOMENAJE A LUÍS SEPÚLVEDA, Mariluz Di TULLIO

El UPLEGESS rinde homenaje al gran escritor chileno Luis Sepúlveda, fallecido el 16 de abril 2020, a los 70 años, a consecuencia del corona virus.

Contador de apasionantes relatos, les invitamos a recordarlo leyéndolo como lo hacía el “Viejo que leía novelas de amor”, su famosa novela :

Leía lentamente, juntando las sílabas, murmurándolas a media voz como si las paladeara, y al tener dominada la palabra entera la repetía de un viaje. Luego hacía lo mismo con la frase completa, y de esa manera se apropiaba de los sentimientos e ideas plasmados en las páginas. Cuando un pasaje le agradaba especialmente lo repetía muchas veces, todas las que estimara necesarias para descubrir cuan hermoso podía ser también el lenguaje humano.

Fue un gran defensor del Amazonas y de la causa indígena, compartiendo un período de su vida con los Shuar en las selvas del Perú y Ecuador. Su compromiso fue plasmado en sus obras a través de la narración lo que le llevó a decir:

Narrar es resistir, y es lo que he hecho siempre. Y resistir no solamente las injusticias, sino también la estupidez que a veces amenaza con imponerse en todos lados.

Lire la suite…

Quelle éthique pour l’ingénieur ?

Jörg Eschenauer : Présentation du livre de  Laure FLANDRIN et Fanny VERRAX

Quelle éthique pour l’ingénieur ?, Editions Charles Léopold Mayer, Paris 2019

Publié en partenariat avec Ingénieurs sans frontières, Ecole Centrale de Lyon, Sciences Citoyennes et UPLEGESS

Les Editions Léopold Charles Mayer viennent de publier un livre qui deviendra certainement très rapidement une référence incontournable pour le domaine de la formation des ingénieurs et des managers. Il s’agit du livre « Quelle éthique pour l’ingénieur ? » de Laure Flandrin et de Fanny Verrax, enseignantes-chercheuses en SHS et en philosophie. Partageant avec certains de leurs élèves de l’INSA de Lyon et de l’École Centrale de Lyon « l’intuition que le monde a moins besoin d’être techniquement réparé que politiquement transformé » (page 7),  les deux auteures s’attachent à « redéfinir l’éthique au-delà de l’anthropologie néolibérale » en considérant « l’ingénierie comme une profession-frontière » (page 8). Le livre est divisé en trois parties : 1) « Une éthique intégrée à l’entreprise », 2) « L’ouverture de l’éthique de l’ingénieur aux enjeux sociotechniques » et 3) « L’extension de l’éthique de l’ingénieur aux enjeux environnementaux ». Ainsi est brossé dans ce livre remarquable et très pédagogique un tableau complet des défis auxquels l’ingénieur est aujourd’hui inévitablement confronté.

Définissant l’ingénieur en tant que « partie prenante de la démocratie technique » (pages 149 – 170) L. Flandrin et F. Verrax lui attribuent un rôle central dans la « transition écologique »  en le mettant sur une trajectoire de « dépassement des limites de l’ingénierie par la démocratie écologique » (pages 225 – 240). La particularité spécifique de l’action de l’ingénieur est ainsi clairement identifiée : elle se situe au carrefour de « l’entreprise, de la société et de la nature ». La tâche éthique proactive de l’ingénieur face à cet entrecroisement de trois sphères complexes est de toute évidence « difficile et même paradoxale » puisque elle doit en permanence prendre en compte « l’irréversibilité des choix techniques ».

Inutile de souligner que cet ouvrage représente aussi une ressource extrêmement riche pour nos cours de langue, et pas seulement de Français Langue Etrangère mais pour tous les cours thématiques et séminaires en quelque langue que ce soit. Faire résonner (‘raisonner’) les concepts éthiques entre les langues permet de sentir et d’expérimenter les différences sémantiques et ainsi de mieux comprendre in fine les écarts de sens que nous offrent de telles analyses plurilingues.

Le livre se termine avec une conclusion courageuse. Les auteures osent attribuer à l’ingénieur le rôle « vertueux en gardien du pluralisme » (pages 257 – 262). Vision irréalisable voir irréaliste diront les uns, postulat urgent car nécessaire diront les autres. C’est l’avenir de l’humanité qui jugera lequel des deux avis était mieux adapté aux défis sociétaux de notre modernité tardive.

Jörg Eschenauer

 

Retour en mots et en images sur la journée d’études du 21 mars

Avant de nous retrouver à Albi pour notre congrès, nous vous offrons un peu de lecture et de visionnage sur cette journée d’études très dense et enrichissante – du groupe de travail langues de la commission formation de la conférence des grandes écoles – qui a marqué le mois de mars en abordant de manière très concrète la place du plurilinguisme dans nos écoles, en particulier sur les enjeux de l’internationalisation et de l’apprentissage des langues-cultures de nos futurs ingénieurs-managers.

lien vers les vidéos et les compte-rendus

Université d’été – BELC du CIEP

L’université d’été – BELC du CIEP ouvre ses portes comme chaque année en juillet 2019 à Nantes. Elle s’adresse à tous les professionnels de l’éducation et du français exerçant en France ou à l’étranger : enseignants, coordinateurs et responsables pédagogiques, chargés de communication, ou directeurs de centre de langues. Un vaste choix de formation avec 96 modules de 15h, dans quatre domaines : enseigner, former, évaluer, piloter.

Le programme complet est en ligne :

Quinzaine A (du 1er au 12 juillet)
Quinzaine B (du 15 au 26 juillet)

Inscriptions jusqu’au 10 juin 2019.

La première publication de l’UPLEGESS : l’Ingénieur citoyen

Depuis 2017, l’Uplegess envisage la publication d’un ouvrage annuel à partir d’une sélection des communications des Congrès et avec les apports de conférenciers.

Un premier ouvrage intitulé L’Ingénieur citoyen est ainsi paru en 2018 aux Presses des Ponts. Il traite des synergies entre l’enseignement des langues, les cultures et les sciences humaines dans la formation de l’ingénieur du XXIe siècle.

Les auteurs s’interrogent sur le statut actuel des pratiques transversales et interculturelles. Certains réfléchissent sur les enjeux communs aux langues et sciences humaines et sociales face à la mondialisation, d’autres présentent des expériences sur le terrain qui font état de cette synergie et d’autres proposent des résultats d’enquêtes et des recherches qui démontrent la nécessaire « dynamique relationnelle » entre la dimension interculturelle et la réflexion éthique.

Pour en savoir plus et commander le livre : Éditions Presse des Ponts

Les recommandations de la conférence de consensus CNESCO

Les recommandations de la conférence de consensus du CNESCO qui s’est tenue les 13 et 14 mars 2019 sont arrivées !

Cet article du site theconversation.com pointe le problème lancinant en France : Langues étrangères : les résultats décevants des élèves français. 

Parmi ces 10 recommandations la dixième nous interpelle.

1. Travailler sur l’oral de manière progressive, de la maternelle jusqu’au lycée
2. Guider les élèves vers l’autonomie, en s’appuyant notamment sur les outils numériques
3. Créer des ponts entre les différentes langues et cultures
4. Évaluation : reconnaître un « droit à l’erreur » et mieux cibler les compétences réelles des élèves
5. Proposer des cours de langues d’une durée plus courte mais plus régulièrement
6. Amplifier, sur le temps scolaire, l’exposition aux langues étrangères
7. Favoriser la mobilité internationale de tous les élèves et des enseignants
8. Redonner une place à l’enseignement explicite des langues
9. Construire un « programme lexical » national
10. Repenser le recrutement et la formation des enseignants en langues

“La formation doit s’appuyer davantage sur le vécu des enseignants pour les amener à déconstruire leurs croyances autour de la langue qu’ils auront à enseigner et pour favoriser une pratique réflexive. La formation doit également être reliée de façon plus systématique aux résultats de la recherche. Cette double approche devrait notamment permettre de faire évoluer la posture des enseignants sur la place et le traitement de l’erreur en cours de langues.”

Notons que les besoins de formation mis en évidence par les enseignants de langues portent sur leurs compétences dans le domaine du numérique et ce, plus que leurs collègues d’autres disciplines.

Parmi les interventions très riches de cette conférence, citons celle d’Emmanuelle Huver sur l’évaluation.

La rapport scientifique de Christian Ollivier Enseigner pour aider à apprendre les langues pointe bien la difficulté de changer les postures enseignantes avec des préconisations trop éloignées de leurs croyances et pratiques personnelles. Ne dit-on pas qu’il faut prendre les étudiants là où ils sont pour tenter de les amener là où on veut ? Alors, ne devrait-on pas faire de même avec les enseignants ?

Martine Ravetto-Dubreucq

1 2