Cours après la (bonne) puissance

Cours après la (bonne) puissance

Nombreux sont les motards à avoir commencé leur initiation en 50cm3, puis en 125, avant de décrocher le précieux sésame, désormais en 2 temps : A2 puis A. 

Pour ma part, j’ai roulé 12 ans en 125cm3, j’ai aimé, j’ai été frustré, j’ai été résigné, j’ai rêvé de plus puissant, et j’ai fini par pouvoir passer le permis grâce à ma formidable épouse et une bande d’amis généreux, mais ça c’est une autre histoire 😉 

Je rencontre parfois des motards qui littéralement sont dans une course à la puissance : il faut toujours plus de puissance, toujours plus de couple, pouvoir rouler toujours plus vite. 

Dans le même temps, la législation rend cette course à la puissance, en dehors des circuits, inutile. Ronds points, nids de poules, passages piétons, ralentisseurs, limitations de vitesse, etc… 

L’essentiel étant d’être à l’aise sur sa machine, d’avoir plaisir à rouler, et d’être en sécurité, dans le type d’utilisation qui est la nôtre : roule toujours, duo, chargement, sortie le weekend…

Plus de puissance, juste pour plus de puissance est inutile, souvent mal maitrisée et pas utilisable. Soyons raisonnables un instant. Soyons cohérents avec notre véritable besoin.

Cependant, il y a une autre puissance à laquelle nous devons soupirer, et sans limite aucune :

Psaumes 63 : 9 Je demeure attaché fidèlement à toi et ta puissance me soutient.

David, l’homme qui écrit ce texte a compris quelque chose. Alors qu’il est roi, qu’il est puissant en terme de réputation, d’argent, militairement, socialement, sans être fidèlement attaché à Dieu, il ne peut être soutenu par la puissance de Dieu. 

Prenons exemple sur lui. La vraie puissance n’est pas dans un moteur, elle est dans la relation incroyable, personnelle, quotidienne et intime que nous avons avec notre Dieu. 

J’en ai marre de caler…

J’en ai marre de caler
Ouais, t’as bien lu. Je t’explique :
Je gare la moto un samedi après midi de balade le long de la Dordogne. Arrive le moment de repartir, je démarre, comme d’habitude, elle tourne comme d’habitude, je passe la première comme d’habitude et je relâche l’embrayage, je cale, pas comme d’habitude.
Je te passe les détails, mais j’enchaîne les démarrages et calages intempestifs. Les bougies vont bien, l’essence, le contacteur de béquille, les bobines crayon etc…
Tout va bien et pourtant je cale.
Après recherche plus approfondie, je découvre qu’un câble dans une gaine trop serrée a fini par être plus ou moins coupé à l’endroit qui le tient au cadre. Démontage, réparation et tout va bien.
Pourquoi je te raconte mes misères ? Qu’est-ce que je vais bien pouvoir sortir comme principe de cette histoire ?
Cette histoire m’a fait cogiter… Voici le point : tu peux caler, c’est à dire être mis en défaut, à l’arrêt, de manière récurrente, sans savoir pourquoi, sans raison visiblement logique, sans comprendre spontanément la cause du problème.
Je t’encourage à aller plus loin. À l’introspection, et comprendre quel est le vrai problème. Il est peut être plus profond, plus subtil, plus enfoui mais il mérite d’être trouvé, réglé, une fois pour toute afin de ne plus “caler”.
Comment ? Cherche. La Bible dit “Cherchez et vous trouverez”. Ça commence par une décision. Dans mon problème de moto, j’ai épluché les forums, et suivi les conseils des gens qui “savent”.
Le Créateur sait. Il saura te guider, t’éclairer, et te restaurer. Alors permets lui de te guider étape après étape vers les bonnes personnes, les bons conseils, les bons enseignements.
Crois moi, c’est quand même bien mieux quand on ne “cale” plus 😉

Vous avez dit repos ?

Les vacances sont là. Les fameux congés d’été. Attendus, espérés, sublimés, bref, ils sont arrivés. Malgré les incertitudes liées au Covid, la météo et la situation financière, beaucoup anticipent un bon temps cet été pour se reposer.

Et c’est bien, se reposer, c’est essentiel. Important pour recharger les batteries (pas celles des motos hein, les nôtres…), pour se changer les idées, pour retrouver de la famille ou des amis. Le repos est  réparateur, nous devons nous reposer.

Mais beaucoup voient dans le repos une forme d’anesthésie de leur réalité pour 15 jours, 3 semaines. Comme si on se coupait de la réalité pour fatalement y revenir avec une certaine appréhension. Or le repos ne change pas nos circonstances.

Je te propose de voir le repos de cette manière : prends le temps de te RE-POSER, te poser à nouveau si tu préfères. Sur quoi ? Sur qui ? Sur celui qui est à l’origine du repos, de la paix et qui peut réellement te renouveler corps, âme et esprit. Prends le temps des congés pour te poser sur Christ, à nouveau.

Son repos est réellement réparateur, Sa paix surpasse toute intelligence, et tu pourras à nouveau “courir sans te laisser”, “faire des exploits” et apprécier les journées qui suivront ton temps de congé.

#acmfrance #moto

Fraternité

Fraternité
Si c’est un élément de notre devise nationale, c’est également un élément qui caractérise la communauté motarde.
Dans les clubs motos, on parle de frères, de clan, de famille, des mots très forts qui ont réellement du sens.
On s’arrête si un motard est à l’arrêt sur le bas côté. On prend soin les uns des autres. On se rend service. On partage de bons moments, la route, la table, nos cœurs, nos tranches de vie.
Et bien la fraternité est une valeur profondément biblique. L’église est une communauté de gens qui partagent des valeurs, qui se portent et s’encouragent les uns les autres, qui veillent les uns et les autres.
L’ami aime en tout temps, Et dans le malheur il se montre un frère. Proverbes 17:17
C’est aussi ça ACM. Alors ne fais pas que rouler seul mon ami, on est là pour plus que ça.

Le Rallye de l’Espoir

Rouler pour une cause…

Le 26 juin à Bordeaux, ACM France organise le 1er Rallye de l’Espoir. Un grand jeu solidaire ou plusieurs équipes vont partir pour la journée sur les routes du département pour répondre à des énigmes qui leurs seront données le matin.

Un ouvreur emmènera chaque équipe aux différents points stratégiques, ce sera une belle journée. Une belle journée aussi parce que nous roulerons pour une cause. C’est un jeu sur inscription où tous les bénéfices de journée seront remis à l’association Espoir (www.espoir-asso.org).

Espoir se trouve sur la rive droite de Bordeaux, à Lormont précisément et vient en aide aux personnes fragilisées par la vie. Nous tenons à soutenir leur épicerie solidaire qui a  explosé en nombre de demandes durant l’année 2020-2021 à cause de la situation sanitaire et économique.

Le coût pour la journée : 30 euros et 5 euros de plus pour le passager. Les inscriptions se demandent à cette adresse : federationacmfrance@gmail.com

Attention, les places sont limitées, inscris toi maintenant 😉

Nid de poule ou belle route ?

Nid de poule ou belle route ?

Vous le savez, sur la route, on doit veiller à tout : les autres usagers, les panneaux, les conditions météo, et l’état de la chaussée, si elle est grasse, ou s’il y a des gravillons, etc… On s’est tous déjà pris de gros nids de poule, ou un ralentisseur avec le choc dans les vertèbres, et dans les poignets. Ce n’est jamais agréable, ça fait rager.

A l’inverse, qu’est-ce qu’on aime cette route au goudron nickel où tu peux t’engager et rouler. On cherche ce genre de route et quand on en trouve, c’est jour de fête : on enchaîne les virages avec la banane et un profond sentiment de sécurité, les yeux au loin, on avance et c’est un régal.

“Observe bien le chemin sur lequel tu t’engages, et emprunte des routes sûres.”
Proverbes 4:26

C’est un principe biblique, on doit veiller à la route. Celle qu’on emprunte. Celle sur laquelle on s’engage. Observer… Pour ne pas avoir d’accident, pour ne pas glisser dans le virage du changement, pour ne pas perdre la tenue de cap à cause de ce qui entoure etc…

Vraiment, la Bible est une mine d’or pour qui cherche la Sagesse et le bon chemin. D’ailleurs Jésus s’est présenté comme le Chemin, la Vérité et la Vie. C’est Lui le chemin sûr. Observe bien, observe LE bien et engage toi dans cette voie, c’est la meilleure.

Bonne semaine

Balade à Royan

C’est ce samedi et il n’est pas trop tard pour t’inscrire, alors fonce ! (et l’actu nous raconte que ce sera picnic, puisque les restos sont encore fermés…) Rdv 9h avec le plein d’essence et de bonne humeur, on a hâte de te retrouver !

[button url=”http://backoffice.kananas.com/action_manager.php?event=myactivities” target=”blank” style=”flat” size=”8″ center=”yes”]Clique ici pour t’inscrire ! (puis onglet “Planning”)[/button]

Les gants…

Qui d’entre nous n’a pas râlé quand le gouvernement a décidé que nos gants devaient être homologués ? Sans la petite étiquette qui va bien, c’est un PV en cas de contrôle…
Les gants sont obligatoires dans la panoplie du motard depuis le 20 novembre 2016.
Ces fameux gants sont destinés à protéger nos mains. Sujet sensible, je suis guitariste, m’abîmer les mains serait toujours dommageable, y compris pour gagner ma vie.
Quand on y réfléchit, on en fait des trucs avec nos mains. Elles servent à bâtir ou détruire, à repousser ou accueillir, à donner ou reprendre, à taper ou caresser, à se réconcilier ou se séparer.
Au delà du fait que nous devons les protéger en moto, je crois qu’on doit aussi veiller à elles dans notre vie de tous les jours. Nous choisissons ce que nous faisons avec elles.
Enfin, je ne peux pas m’empêcher de repenser aux mains de notre Sauveur, Jésus, qui ont été percées, afin que les nôtres ne le soient pas. Il a gravé nos noms dans Ses mains. Je ne peux m’empêcher d’élever les miennes.
Penses y quand tu mets tes gants…