Bienvenue à L’ANMECS 2019 sur le thème « Défi de la coéducation »

Mercredi 20 mars 2019, départ pour BIARRITZ, point de rendez-vous au siège de Concorde à 14h30.

Les 16 participant(e)s de différentes structures et de fonctions variées (éducateurs-trices, coordinateurs-trices, chefs-fes de service) ainsi que la Directrice Générale de l’AEPC, Madame Florence MAZERAT sont là ; les trafics sont prêts, les sacs sont à portée de mains, l’accueil est chaleureux. Dernières vérifications : pièce d’identité OK, billets d’avion OK, tout est OK ! En route pour l’aéroport, dans la joie et la bonne humeur ! Quelques heures plus tard, un hôtel nous attend avec des chambres vue sur mer. Le TOP !

Jeudi 21 mars 8h30, rendez-vous au Casino de Biarritz, lui aussi avec vue sur mer, pour débuter notre participation à l’ANMECS. Un cadre magnifique de travail.

Les conférences, les débats, les ateliers se sont succédé et voici ce que nous pouvons en retenir :

De nos jours, nous multiplions les actions de « CO » : construction, évaluation, voiturage… Nous sommes dans une aire de partage, de faire et de produire ensemble et la co-éducation est véritable défi au bénéfice des publics accompagnés et des professionnels impliqués pour la co-construction de projets. Qui dit co-éducation dit confrontation des points de vue jusqu’à, parfois, émergence de conflits qu’il faut accepter et dépasser pour poursuivre. Ce mode d’intervention se développe en réponse au changement de paradigme entre la loi du 5 mars 2007 qui parle de « difficultés éducatives des parents » avec une certaine euphémisation et la loi du 14 mars 2016 qui stipule que « la protection de l’enfance vise à garantir la prise en compte des besoins fondamentaux de l’enfant » et que « l’enfant est associé aux décisions qui le concernent selon son degré de maturité ». Ainsi, il s’agit, ensemble (enfants, parents/familles et professionnels de différentes institutions), de trouver et mettre en œuvre des réponses les plus justes possible et précisément issues de la mise en commun des potentiels/compétences/savoir-faire de chacun.

Alors oui, cette démarche d’intervention est un vrai défi car elle implique de partager son savoir et ses incompréhensions ; de considérer les autres avec leurs priorités et leurs rythmes ; d’accepter les erreurs et d’apprendre des erreurs ; de contribuer aux réussites en reconnaissant qu’elles sont collectives.

De manière synthétique, retenons que la co-éducation ne rend pas le professionnel plus intelligent. En revanche, la démarche d’accompagnement devient elle plus clairvoyante et les réponses aux besoins plus efficientes, à la condition d’accepter de devoir s’adapter en permanence.

En conclusion, ces journées ont permis de clarifier l’évolution qui s’opère ces dernières années, soutenue par les textes de loi relatifs à la protection de l’enfance, et surtout de lui donner du sens. Pour les sceptiques, citons deux proverbes africains à méditer : « Il faut tout un village pour éduquer un enfant » ; « Seul on va vite, à plusieurs on va loin ».

Enfin, cette manifestation nationale (674 participants) aura été l’occasion de partager un moment agréable et convivial, riche d’échanges et de rencontres avec diverses institutions et entre salariés de l’AEPC. Nous tenons à remercier tout particulièrement l’équipe/nos collègues qui ont fait en sorte que ce séjour se déroule dans de bonnes conditions, du transfert à l’aéroport, à la réservation des billets d’avion, sans oublier l’hôtel. Rien n’a été négligé et tout le monde l’a mesuré et apprécié. Merci à Madame Florence MAZERAT de nous avoir accompagnés et pris le temps de discuter avec chacun.

A l’année prochaine, destination Saint-Malo.

Les participants à l’ANMECS 2019