Thématiques mises en œuvre dans toutes les structures

Les cadres, en présentant le rapport d’activité, développent des thématiques mises en œuvre dans toutes les structures

 

« La scolarité » – Sylvain LESUEUR, directeur de la maison Chevreul de Montfermeil

La scolarité rythme la vie quotidienne. En 2016, 148 jeunes ont été scolarisés dont 62 % dans des collèges ou lycées, 14 % en apprentissage ou alternance, 11 % en enseignement spécialisé. 13 % étaient inscrits à l’atelier scolaire. Ils bénéficient d’un soutien scolaire tous les soirs pour une aide aux devoirs. Sur certains établissements, les éducateurs sont épaulés par des intervenants scolaires. L’atelier scolaire de jour a accueilli 62 jeunes sur l’année, répartis en trois groupes : primo-arrivants non scolarisés antérieurement et non francophones ; jeunes en rupture scolaire et francophones ; jeunes présentant des troubles du comportement et/ou cognitifs, pris en charge individuellement. Vingt jeunes ont obtenu un diplôme dont 7 bacs (3 avec mention) et 1 BTS avec mention. L’évaluation externe considère que notre accompagnement scolaire et les bons résultats sont un point fort.

 

 


« La parentalité » – Rachel EMONOT, directrice de la maison M.F. Desolneux de Coubron

Travailler la parentalité, c’est aussi soutenir, renforcer, étayer les compétences des parents. Les établissements se sont ouverts sur l’extérieur et ont repensé leurs espaces et leurs locaux. Ainsi, nous avons ouvert l’appartement des familles en mars 2015, et des jeunes ont pu passer du temps en compagnie d’un ou plusieurs membres de leur famille. Cet appartement permet aussi de proposer au juge des droits d’hébergement dans ce lieu. Il sert également à certains jeunes pour tester leur autonomie pendant une semaine par mois. Des loisirs sont proposés aux parents via l’association « Culture du Cœur » qui favorise l’accès à la culture, aux sports et aux loisirs en leur offrant des invitations pour des manifestations. Une formation sur le soutien à la parentalité et l’accompagnement des parents devrait se dérouler en octobre 2017.

 


« L’accès à l’autonomie » – Laurence NOMINET, directrice des maisons de Gagny

Dès l’arrivée des jeunes, nous travaillons leur accès à l’autonomie. Cela commence par apprendre à se lever, à s’habiller, à aller à l’école, à gérer ses devoirs… Au quotidien, il y a l’école avec le rythme qui s’impose et ce qui se passe dans la maison. Les équipes sont très vigilantes sur le respect de ces règles éducatives. Pour les plus âgés, l’accès à l’autonomie utilise différents supports, ateliers, guides, etc… Ils sont initiés à la préparation des repas, à l’entretien de leur linge, au ménage, à gérer leur budget… Après 18 ans, des jeunes sont encore dans nos maisons avec des Contrats Jeunes Majeurs. Il convient d’activer les partenaires tels que les Foyers Jeunes Travailleurs. L’association met aussi à la disposition des jeunes, des appartements qu’ils peuvent occuper jusqu’à la fin de la prise en charge ASE.

 


« Les actions transversales » – Philippe ALLARD, chef de service de la maison Chevreul

Les maisons et dispositifs de Concorde se rencontrent autour d’actions inter-maisons et participent à des initiatives locales. Le foot est prépondérant, au regard du public accueilli. Un partenariat a été mis en œuvre avec l’association « Art spirale de la vie » qui favorise l’expression corporelle. Avec la régie de quartier d’Aulnay-sous-Bois, nos jeunes ont bénéficié de conditions très avantageuses pour passer leur permis de conduire. Ce service a dû cesser ses activités empêchant de finaliser quelques formations. Une formation a été ouverte aux éducateurs de tous les établissements pour partager leurs pratiques professionnelles. Un intervenant extérieur a pu expliquer l’accueil des jeunes en très grande difficulté lors d’une journée qui a rassemblé plus de cinquante salariés. Le 24 juin 2016, une centaine de personnels a participé à la fête associative qui lui était réservée.

 


« Les partenaires » – Cécile JOUBAIRE, chef de service à Gagny

Le travail en partenariat et en réseau permet d’apporter la réponse éducative la plus adaptée aux jeunes que nous accueillons et accompagnons.
Concorde est toujours volontaire pour accueillir en urgence, mais dans certaines situations, les difficultés psychologiques dépassent le cadre de notre prise en charge. Les demandes de réorientations ne sont pas toujours entendues. Certains de nos jeunes n’ont pas pu être scolarisés en lycée. Cependant, au quotidien, nous nous appuyons sur un très bon maillage avec les établissements scolaires. Nous constatons un déficit important d’orthophonistes et de pédopsychiatres et un réel manque de places pour les hospitalisations d’adolescents et enfants en secteur psychiatrique. La reconnaissance d’un handicap par la Maison Départementale des Personnes Handicapées manque de réactivité.


« Les loisirs » – Jean-Paul BLANCHARD et Djamel DALI, chefs de service

Le loisir a pour vocation de divertir, de distraire. Les séjours éducatifs sont l’occasion de découvrir d’autres régions avec leurs traditions et leurs particularités. Ces coupures avec le quotidien sont propices au travail sur l’autonomie et favorisent la socialisation. Les loisirs occupent une place prépondérante dans la construction de nos jeunes. Les activités sportives et culturelles proposées sont nombreuses et diversifiées. Vingt-cinq séjours concernant 160 jeunes ont été organisés à la mer, à la montagne ou dans la maison de Vertault. Dans le même esprit de travail sur l’implication, certains d’entre eux ont participé à plusieurs manifestations (Son et Lumière, fête des voisins, forum des associations, marché de Noël, loto…).


Le Relais Ados » – Kader AKBAL, chef de service

Le « Relais Ados » structure d’accueil d’urgence expérimentale, a ouvert le 22 décembre 2015. Les jeunes filles bénéficient d’un accueil dans un lieu sécurisé et sécurisant. L’équipe éducative et le service de l’ASE évaluent la situation de l’accueillie. Avec sa participation, ils construisent un projet de réorientation adapté et durable. Une psychologue rencontre chacune d’elles à leur arrivée lors d’un entretien « obligatoire » puis, à la demande de la jeune. Elle intervient également lors des réunions d’équipe. Nous avons reçu 75 demandes et accueilli 45 jeunes filles dont 5 primo-arrivantes connues, certaines sujettes à des ruptures importantes manifestant des troubles de comportement qui font échec à toute intégration scolaire et sociale. Malgré notre projet d’accueil d’un mois, renouvelable une fois, nous avons parfois prolongé le temps d’accueil car nous souhaitons limiter les ruptures subies par les jeunes en adaptant notre accueil à la construction d’un projet fiable et viable. Afin de continuer à mener à bien notre travail, il aura été primordial de constituer une équipe engagée dans le temps.


« La santé » – Toufik OUKACI, directeur du METADAP

Le rapport à la santé des jeunes est souvent placé sous le signe de l’immédiateté et du consumérisme. Les médecins généralistes sont nos partenaires privilégiés. Lorsqu’une hospitalisation est nécessaire, nous travaillons principalement avec le CHI de Montfermeil et avec l’hôpital Jean Verdier de Bondy. Certains jeunes souffrant de pathologies lourdes sont suivis à NECKER Enfants malades ou Robert Debré. Au sein des équipes, les psychologues participent à l’accueil et à l’accompagnement de chaque jeune et sont partie prenante des réunions d’équipes. Ils repèrent l’augmentation de troubles psychologiques, voire psychiatriques avérés, qui entrainent un réaménagement des pratiques éducatives. Les orientations vers les lieux de soins (CMP) saturés deviennent de plus en plus compliquées. Parallèlement, la diminution de pédopsychiatres et psychiatres en exercice libéral renforce les difficultés.

 


« La santé au METADAP » – Faouzi BEN MIRA, chef de service

Les 30 jeunes en très grande difficulté, accueillis au METADAP , sont essentiellement accompagnés par des psychologues cliniciens et un psychiatre prescripteur de l’association METABOLE . Les rencontres avec les accompagnateurs psychosociaux favorisent un lien de confiance. L’équipe de la consultation assure la coordination médicale des situations des jeunes. Le soutien aux équipes se présente sous trois formes : réunions de synthèse bimensuelles dans les locaux de la consultation, participation aux réunions d’équipes de Concorde, échanges téléphoniques fréquents entre les éducateurs et les accompagnateurs psychosociaux de la consultation. Des comptes rendus cliniques viennent compléter le compte rendu socio-éducatif de Concorde.

 

 


« Les perspectives 2017 » – Stéphane MARTIN, chef de service de la maison M.F. Desolneux
Les équipes de l’association travaillent à l’acquisition de l’autonomie des jeunes. Des ateliers cuisine, ménage, lingerie, santé, gestion administrative, sont mis en place. Un travail de partenariat avec l’association C2DI93 (Contrat à Durée Déterminée et Indéterminée) propose un accompagnement personnalisé et renforcé aux plus éloignés de l’emploi. Notre adhésion à «Interlogement 93» permet à nos jeunes d’accéder à un logement de façon pérenne.
Nous souhaitons reconduire nos actions envers les publics les plus démunis avec une participation à des maraudes, comme cela a été fait par la maison M.F. Desolneux. Notre présence aux forums des associations, au marché de Noël et au spectacle « Son et Lumière » de Montfermeil, l’accueil des jeunes défenseurs des enfants, un projet de photo langage sur la précarité et la participation à une course de push-car, seront reconduits. Pour les équipes, nous réitèrerons les journées de l’ANMECS, le travail d’analyse des pratiques et des formations.

.

Rapports moral et d’activité sont adoptés à l’unanimité.