Des menaces sur ArcluSingt !

Chant choral et Covid 19 ne font pas forcément bon ménage !

Plusieurs cas de contamination massive par le Covid 19 dans les chorales ont été rapportés par la presse, dont le concert du Chœur Mixte d’Amsterdam début mars au Concertgebouw: 102 des 130 choristes ont été infectés par le virus, et quatre personnes en sont mortes. Le même scénario macabre s’est reproduit dans l’Etat de Washington, en Allemagne ou encore en Angleterre.  Cela pose question : est-ce que le fait de chanter, notamment dans les endroits fermés, pourrait augmenter le risque de propagation du virus ?

“Malgré le fait que les études spécifiques sur les effets du chant soient pour l’instant peu nombreuses,  les recherches qui concernent le sport ou la respiration normale suggèrent que n’importe quelle activité qui demande de parler fort, de crier, de chanter ou de respirer profondément est considérée plus dangereuse, particulièrement lorsqu’elle se déroule dans un endroit fermé où il y a beaucoup de monde”, explique l’Association Européenne du Chant Choral qui rajoute : “chanter en groupe dans le contexte actuel est considéré par de nombreux experts plus dangereux que d’autres activités culturelles.”

Un groupe de chercheurs de l’Université technologique de Delft au Pays-Bas, en collaboration avec l’orchestre philharmonique de Rotterdam, précise : “Lorsqu’on chante, la vitesse de l’air pourrait être plus importante que lorsqu’on parle, ce qui fait que les gouttelettes sont projetées plus loin.” Certains spécialistes avancent l’hypothèse que de chanter les voyelles et certaines consonnes à bouche ouverte, sans obstruction aucune, augmente la projection des aérosols, et par ce fait des particules virales. Par conséquent, si la projection des gouttelettes en condition normale est d’1,5 mètre, la distance entre les chanteurs devrait être plus importante. “Quand on chante, les fines gouttelettes sont libérées en plus grande quantité que quand on parle. Le chant s’apparente à ce niveau à la toux,”

Plus prosaïquement, en ce qui nous concerne, l’ensemble Chor’Hom que nous attendons le 11 octobre n’a pu reprendre les répétitions avant les vacances. A ce jour, un grand nombre d’inquiétudes subsiste. La pratique du chant choral n’est plus interdite en France, mais à condition évidemment de respecter un protocole très strict, que la PFI (Plate-Forme Interrégionale d’échange et de coopération pour le développement culturel) a formalisé dans un ” Memento d’aide à la reprise d’activité à usage des praticiens de la musique” Il y est évidemment question des mesures de distanciation, de la limitation des groupes à 15 personnes, de la désinfection et de l’aération des locaux, etc. Et il est aussi recommandé de réduire au minimum les échanges interpersonnels lors des sessions de travail : « Limiter les croisements entre les groupes et les personnes ; Étaler les arrivées et départs dans le temps […] ;  Éviter les attroupements devant les entrées d’immeubles et de salles », etc. Lors des incidents survenus au début de la pandémie, il est effet probable que les contaminations se sont aussi produites pendant les moments de convivialité liés aux répétitions. 

C’est donc un avenir très incertain qui se dessine actuellement pour l’automne, surtout si de nouveaux clusters viennent à se révéler d’ici au mois d’octobre. Pour l’instant, nous voulons croire à une possibilité de fêter dignement le 10e anniversaire d’ArcluSingt ! mais les nuages sont nombreux….!

Nous vous tiendrons au courant des décisions qui seront prises, pour l’instant, réservez toujours votre dimanche 11 octobre pour un agréable moment de haute qualité et une agréable reprise des activités culturelles à St Pierre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.