A la mémoire de Sonja

J’ai fait la connaissance de Sonja il y a 20 ans lors d’un de mes premiers congrès de l’UPLEGESS. Elle y faisait une communication sur un projet pédagogique passionnant : les étudiants étaient amenés à écrire ensemble leur propre roman. J’ai été dès cette première rencontre fascinée par Sonja. Tout en restant extrêmement modeste, elle présentait un projet exigeant et novateur qui grâce à la réflexion qu’elle avait menée ne pouvait que convaincre. C’était une des caractéristiques de Sonja : elle avait la fibre pédagogique, mais ne se contentait jamais seulement d’énoncer de grandes idées ; elle réfléchissait à leur réalisation.

Ainsi, tout ce qu’elle abordait tenait la route. C’est ainsi qu’elle a gagné l’estime de ses collègues à l’UPLEGESS, notamment des enseignants d’allemand qui ne juraient que par elle. J’ai eu la grande chance de travailler pendant 9 ans avec elle en tant que coordinatrice d’allemand. Alors qu’au début, je remplissais cette fonction seule, je me suis vite rendu compte que ce serait bien plus efficace si nous faisions ce travail à deux, en binôme. Je me souviens encore que Sonja voulait seulement m’assister, n’être que coordinatrice adjointe. Il fallait que j’insiste pour qu’elle accepte de remplir cette fonction au même titre que moi ce qui reflétait beaucoup mieux la réalité étant donné qu’elle faisait au moins 50% du travail ! Oui, Sonja a toujours voulu être discrète et modeste, alors qu’elle faisait un travail remarquable ! Quel plaisir d’échanger avec elle sur la préparation de la future journée des Germanistes ou de la prochaine réunion des Germanistes à notre congrès annuel ou sur le lancement d’un sondage sur la place des LV2 dans les écoles d’ingénieurs et de management !

Les Germanistes se souviendront…

…aussi du projet ACTULANG initié et porté par Sonja. Il s’agissait de didactiser, pour leur utilisation en cours de langue, de courtes vidéos de la Deutsche Welle. Grâce à l’implication de Sonja et l’exemple qu’elle donnait aux autres, nous sommes vite arrivés à être un groupe soudé qui produisait un travail régulier de qualité. Sans sa direction  cela n’aurait jamais été possible ! C’est un autre trait de caractère d’elle : elle était fiable ! Nous savions que nous pouvions compter sur elle. Et cela ne valait pas seulement pour le groupe des Germanistes, mais aussi pour le CA de l’UPLEGESS où elle occupait en plus le poste de secrétaire. Nos présidents Jean le Bousse et ensuite Jörg Eschenauer savaient qu’ils avaient en Sonja une perle rare qui travaillait sans faire de vagues et sans entrer dans un jeu de pouvoir si souvent néfaste au bon fonctionnement d’une association !

Elle me parlait aussi souvent de son implication dans son Ecole, ENSICAEN, où elle fut pendant des années directrice du Département Langues, ce qui n’était pas un travail facile. Mais en plus du lourd travail administratif, elle arrivait à réaliser des projets passionnants avec ses élèves. Je pense notamment à son projet « théâtre » tant apprécié par ses élèves et qui aboutissait chaque année à une représentation pour toute l’Ecole.

Sonja s’intéressait également à l’évolution de notre société et fournissait aux enseignants d’allemand de précieux conseils de lecture. Même malade, elle a continué à travailler dans son Ecole et dans le cadre de notre association sur le développement durable. Certaines évolutions de notre société l’inquiétaient, mais n’oublions pas que en plus de son côté sérieux, elle savait aussi s’amuser ! Je pense que personne n’a oublié la danseuse Sonja lors de nos soirées au congrès. Là, on découvrait une autre Sonja qui virevoltait à travers la salle au rythme de la musique ! Et elle était si heureuse et détendue ! Que de bons moments passés ensemble ! Que de beaux souvenirs !

Parfois, quand je lui téléphonais à la maison, elle venait de rentrer d’une promenade à bicyclette le long de la mer ou elle était en train de faire des confitures.

« C’était une belle personne dans tous les sens du terme. » Cette phrase de Jean le Bousse me semble très juste.

Sonja, une collègue appréciée et une amie chère !

Sonja, tu nous manqueras, mais tu n’es pas absente, tu es seulement invisible.

Tu resteras toujours dans notre mémoire et dans nos cœurs.

Je voudrais finir par un poème de Henry Scott Holland* sur  la mort qui peut nous consoler un peu de son départ :

La mort n’est rien,
je suis seulement passé, dans la pièce à côté.
Je suis moi. Vous êtes vous.
Ce que j’étais pour vous, je le suis toujours.

Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné,
parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.
N’employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.

Que mon nom soit prononcé à la maison
comme il l’a toujours été,
sans emphase d’aucune sorte,
sans une trace d’ombre.

La vie signifie tout ce qu’elle a toujours été.
Le fil n’est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de vos pensées,
simplement parce que je suis hors de votre vue ?
Je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin.

Vous voyez, tout est bien.

* théologien et écrivain britannique du XIXe siècle

ce poème est parfois aussi attribué à St Augustin ou encore à Charles Péguy

Evelyn Wiedwald-Andréani, Meylan, le 17 Août 2020

 

Mon premier lien avec Sonja était l’Uplegess, depuis déjà quinze ans…. Je ne rappellerai pas ici son action dans cette association, tout le monde la connait bien.

Le second lien était l’allemand. Sonja a organisé pendant des années (auprès d’Evelyn) les « journées des germanistes » . Efficacité, simplicité, compétence, partage, discrétion, force de proposition, créativité…. Tant de qualificatifs me viennent pour évoquer sa façon personnelle d’animer nos rencontres parisiennes, de s’impliquer pour que l’allemand ne disparaisse pas des radars, pour nous motiver avec tous ses projets…. Nous lui avons fait un petit cadeau pour son départ il y a deux ans, et je n’oublierai jamais le regard enfantin de joie et de surprise lorsqu’Andrea le lui a remis. Car Sonja, c’était aussi cette femme capable de s’émerveiller en toute simplicité.

Puis au fil des ans est apparu un nouveau lien. Nous avons découvert « par hasard » -mais il n’y a pas de hasard- notre préoccupation commune pour l’environnement et l’avenir sombre qui se dessine. Nos écoles respectives nous ayant toutes les deux quasiment au même moment chargées de mission pour le développement durable et la responsabilité sociétale, nos échanges ont changé de « nature ».  Depuis un ou deux ans, nous partagions fiévreusement des conseils de lecture, des fiches bibliographiques, des liens vers des conférences, des pistes pour faire évoluer nos élèves et nos collègues afin de respecter davantage le monde qui nous entoure. Sonja était extrêmement bien renseignée, extrêmement motivée pour faire avancer les choses, extrêmement lucide et extrêmement …. inquiète. Je me permets de citer l’un des derniers mails qu’elle m’a envoyé, qui m’apparait comme son testament spirituel :

« Aujourd’hui ce sont effectivement tous ces questionnements qui sont au premier plan – souvent oppressants, rongeant la conscience, mais quand je vois que les jeunes se mobilisent, cela me réconforte. Sera-ce suffisant ? J’ai des doutes, surtout quand on voit qu’après le confinement tout repart comme avant ….  Engloutis dans et par le système. Peut-on en sortir? Alors, il nous reste notre propre manière de vivre. Peu de choses, mais beaucoup de “peu de choses” finissent par former un flux de plus en plus important. C’est pour cela qu’il faut œuvrer. Nous ne déplaçons certes pas une montagne, mais pleins de petits éléments qui la composent….».

Je suis de plus en plus déterminée à poursuivre ce travail de « colibri » pour rendre hommage à Sonja.

Adieu Sonja !

 

Cécile Lacoin, 20.08.2020, Lyon

 

Le départ discret de notre amie Sonja Piquet pendant ces vacances d’été me plonge dans une profonde tristesse et me rappelle, s’il en était besoin, qu’il existe sur cette terre, parmi nous, des personnes qui rendent cette vie plus belle.

J’ai eu la chance et le bonheur de côtoyer Sonja pendant plus de trente années au sein de l’Uplegess. Elle a été un membre actif, secrétaire générale adjointe, secrétaire générale. Elle a été une des coordinatrices essentielles du groupe des germanistes.

Elle n’a jamais cherché les honneurs, ni à se valoriser, mais elle a toujours œuvré en équipe pour réaliser des projets utiles pour tous, les enseignants de langues et cultures des écoles d’ingénieurs et de management, les germanistes bien sûr et ses chers élèves. Elle a été force de proposition et d’innovation pédagogique.  Toutes ces années, je l’ai vue déployer une énergie et une force de travail peu communes pour initier des enseignements originaux pour répondre aux attentes et aux besoins de ses élèves, mais cela était toujours réalisé avec une grande modestie et le souci de partager son travail avec ses collègues avec générosité.

Au-delà de la pédagogie, elle avait le souci d’accompagner le développement personnel de ses élèves à travers ses activités théâtre. Son apport sur la culture, les cultures et ces dernières années son engagement sociétal pour l’environnement montrent  la dimension humaniste de Sonja.

J’ai eu l’immense chance de pouvoir lui écrire et lui parler au téléphone une semaine avant son départ. Elle était identique à elle-même, modeste, s’intéressant à l’autre, bienveillante et amicale.

Sonja était une belle personne, élégante par son attitude, ses valeurs, son comportement avec les autres.  Elle était pleine de talents, généreuse, dévouée, bienveillante et modeste.

Je la considère comme un exemple, une collègue et une amie noble de cœur et d’âme.

Adieu ou au revoir Sonja, tu nous manques.

Jean LE BOUSSE, Président d’honneur de l’UPLEGESS

 

Je tiens à rendre hommage à Sonja Piquet qui nous a quittés bien trop tôt.

Nous avons œuvré ensemble pendant de nombreuses années, avec les autres membres du C.A. pour que notre association devienne encore plus forte, afin que nos adhérents, collègues et amis, puissent se sentir plus forts, plus compétents et plus utiles.

La première chose qui me vient à l’esprit en pensant à Sonja, c’est son humanisme bienveillant, mais aussi combattant.

Jean-Pierre Fix, ex ECPM Strasbourg, ancien Secrétaire général de l’UPLEGESS

Adieu Sonja. Sobre, pudique, discrète et d’une grande humilité, oui, tout cela te qualifie bien. Mais n’oublions pas non plus ta gentillesse, ton écoute et ton calme, et aussi ton côté souvent soucieux du présent et de l’avenir. Et puis, entre beaucoup d’autres encore, un côté que tu montrais peut-être plus rarement, je ne le sais ? Je me souviens de toi, comme si c’était hier, dansant, presque seule sur la piste de danse improvisée dans le hall de l’école polytechnique de Grenoble, sur la musique du genre de Dire Straits jouée en live lors de la soirée de clôture du congrès de l’UPLEGESS, il y a quelques années. Comme c’était beau. Danse, Sonja, danse là où tu es à présent, et oui danse, jusqu’à la prochaine fois.

Jean-Yves Lalande, 30.08.2020, Paris

 

Sonja, lumière du Conseil scientifique de l’Uplegess !

Nous qui avons bénéficié de tes phrases fines et nuancées sur des textes naissants !

Nous qui avons vu ta plume offrant la beauté aux communications de notre Congrès.

Nous qui avons été nourris par tes corrections, gouttes de miel sur des pages, parfois austères.

Nous qui avons écouté tes conseils prudents : des idées précises, des solutions.

Nous qui avons ressenti tes regrets de ce qu’on n’a pas pu réaliser.

Nous gardons ton espoir et ta foi sur nos actions au sein de l’Uplegess !

Mille mercis Sonja !

Mariluz Di Tillio Lacruz, octobre 2020, Paris

Jacques Prévert a écrit qu’on a beau dire et vouloir dire que tout s’en va, tout ce qui est vrai reste là… Oui, Sonja, toi, tu resteras à jamais ici, car tu étais une personne vraie. Peu de gens font preuve de tant d’engagement. Aujourd’hui, ton cœur ne bat plus mais tes mots, tes prises de position et ton honnêteté intellectuelle resteront là !

Nora Sanchez,30.08.2020, Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.